8. Zones à protéger

Table des matières :

Eaux souterraines et eaux de surface

La législation européenne concernant la qualité des eaux destinées à la consommation humaine, impose des normes de qualité identiques dans tous les Etats membres en termes de teneur en produits phytopharmaceutiques :

  • L’eau potabilisable ne peut pas contenir plus de 0,1 µg/l de chaque substance active mesurée et 0,5 µg/l pour le total des substances mesurées,
  • Concernant les eaux de surface, les normes sont différentes selon les substances actives et dépendent du risque que représentent celles-ci pour les organismes aquatiques.

Le risque de contamination des eaux est fonction des caractéristiques de la substance active (principalement le temps de dégradation et la mobilité), des caractéristiques de la surface traitée, des conditions climatiques avant, pendant et après le traitement mais aussi du soin avec lequel l’applicateur manipule les produits.

La contamination des eaux de surface se fait principalement par ruissellement tandis que les eaux souterraines seront contaminées par lixiviation du produit. Lors de l’application d'un produit, certaines zones sont, par leurs caractéristiques physiques, plus sensibles au risque de ruissellement (surfaces imperméables ou pentues, nature du sol …).

Depuis plusieurs années, une centaine de substances actives sont recherchées dans les eaux souterraines destinées à la consommation humaine. Même si elles sont retirées de la vente et de l’utilisation, certaines substances actives sont toujours incluses dans le monitoring. Les résultats de ces analyses montrent que ce sont les herbicides qui sont responsables de la majorité des problèmes de contamination, qu’ils soient d’usage agricole ou non.
Plus d’informations sur l’état des nappes d’eaux en Wallonie.

L’agréation assure des conditions d’usage acceptables (type de couvert, dose…) permettant d’éviter un dépassement de ces normes. Il est donc important de veiller à respecter strictement les conditions d’emploi reprises sur l’étiquette du produit. Le meilleur filtre est le sol, s’il n’est pas trop sablonneux et s’il contient suffisamment de matière organique, il retiendra et dégradera une partie des pesticides.

Zones tampon

Zone sur laquelle le stockage et l’épandage de produits phytopharmaceutiques est interdit sauf traitement limité et localisé par pulvérisateur à lance ou à dos contre le chardon crépu, le cirse lancéolé, le cirse des champs, le rumex crépu, le rumex à feuilles obtuses et les espèces exotiques envahissantes visées par la circulaire du 30 mai 2013 relative aux plantes exotiques envahissantes.

                                                  

1. Zone tampon (ZT) à respecter le long d'une eau de surface

la largeur de la zone tampon à appliquer se mesure entre la crête de la berge et le bord de la surface traitée

  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (6 mètres) :                                             ZT spécifique (obligation fédérale)
  • Si ZT spécifique est inférieure à ZT minimale (6 mètres) :                                             →  ZT minimale (6 mètres)
  • Si pas de ZT spécifique :                                                                                                 →  ZT minimale (6 mètres)

2. Zone tampon (ZT) à respecter le long des voiries et des autres TRNC (terrains revêtus non cultivables : trottoirs, pavés, graviers) reliés à un réseau de collecte des eaux pluviales

2.1 S’il s’agit d’une « pulvérisation dirigée verticalement vers le sol »

la largeur de la zone tampon à appliquer se mesure entre le bord de la surface TRNC et le bord de la surface traitée

  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (1 mètre) :                                             → ZT spécifique (obligation fédérale)
  • Si pas de ZT spécifique :                                                                                                → ZT minimale (1 mètre)

2.2 S’il s’agit d’une « pulvérisation autre que celle dirigée verticalement vers le sol »

la largeur de la zone tampon à appliquer se mesure entre le bord de la surface TRNC et le bord de la surface traitée

  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (3 mètres) :                                           → ZT spécifique (obligation fédérale)
  • Si pas de ZT spécifique :                                                                                               → ZT minimale (3 mètres)

3. Zone tampon (ZT) à respecter en amont de TMNCP (terrains meubles non cultivés en permanence : terrains vagues, talus…) sujets au ruissellement en raison d’une pente supérieure ou égale à 10% et contigus à un TRNC relié à un réseau de collecte des eaux pluviales

3.1. S’il s’agit d’une « pulvérisation dirigée verticalement vers le sol » 

la largeur de la zone tampon à appliquer se mesure entre la limite de la rupture de pente du TMNCP et le bord de la surface traitée

  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (1 mètre) :                                             →  ZT spécifique (obligation fédérale)
  • Si pas de ZT spécifique :                                                                                              →  ZT minimale (1 mètre)

3.2. S’il s’agit d’une « pulvérisation autre que celle dirigée verticalement vers le sol » 

la largeur de la zone tampon à appliquer se mesure entre la limite de la rupture de pente du TMNCP et la première ligne de la culture à traiter

  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (3 mètres):                                             →  ZT spécifique (obligation fédérale)
  • Si pas de ZT spécifique :                                                                                                → ZT minimale (3 mètres)

4. Zone tampon (ZT) à respecter le long d’un fossé de wateringue ou d'un fossé artificiel de drainage

4.1. S’il s’agit d’une « pulvérisation dirigée verticalement vers le sol » 

la largeur de la zone tampon à appliquer se mesure entre la crête du bord du fossé et le bord de la surface traitée

  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (1 mètre) et si présence d’eau au moment de l’application:                                                                                                               → ZT spécifique (= obligation fédérale)
  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (1 mètre) et si absence d’eau au moment de l’application :                                                                                                              → ZT spécifique (= interprétation wallonne)
  • Si pas de ZT spécifique :                                                                                                 → ZT minimale (1 mètre)(= interprétation wallonne)

4.2. S’il s’agit d’une « pulvérisation autre que celle dirigée verticalement vers le sol » :

la largeur de la zone tampon à appliquer se mesure entre la crête du bord du fossé et la première ligne de la culture à traiter

  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (3 mètres) et si présence d’eau au moment de l’application :                                                                                                          → ZT spécifique (= obligation fédérale)
  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (3 mètres) et si absence d’eau au moment de l’application :                                                                                                          → ZT spécifique (= interprétation wallonne)
  • Si pas de ZT spécifique :                                                                                                  → ZT minimale (3 mètres) (= interprétation wallonne)

5. Zone tampon (ZT) à respecter le long d’un fossé de bord de route

5.1. S’il s’agit d’une « pulvérisation dirigée verticalement vers le sol » 

la largeur de la zone tampon à appliquer se mesure entre la crête du bord du fossé et le bord de la surface traitée

  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (1 mètre) et si présence d’eau au moment de l’application:                                                                                                            → ZT spécifique (= obligation fédérale)
  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (1 mètre) et si absence d’eau au moment de l’application :                                                                                                              →  ZT minimale (1 mètre) (= interprétation wallonne)
  • Si pas de ZT spécifique :                                                                                                      → ZT minimale (1 mètre) (= interprétation wallonne)

5.2. S’il s’agit d’une « pulvérisation autre que celle dirigée verticalement vers le sol » 

la largeur de la zone tampon à appliquer se mesure entre la crête du bord du fossé et la première ligne de la culture à traiter

  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (3 mètres) et si présence d’eau au moment de l’application :                                                                                                          → ZT spécifique (= obligation fédérale)
  • Si ZT spécifique est supérieure à ZT minimale (3 mètres) et si absence d’eau au moment de l’application :                                                                                                              → ZT minimale (3 mètres) (= interprétation wallonne)
  • Si pas de ZT spécifique :                                                                                                → ZT minimale (3 mètres) (= interprétation wallonne)

 Source:"Respect des zones tampon en Wallonie - Règles pour les produits phytopharmaceutiques à usage professionnel en agriculture et en horticulture" 

Des zones tampons similaires doivent être également respectées en dehors des zones de cultures et de prairies.

Pour plus d'informations n'hésitez pas à consulter "Respect des zones tampon en Wallonie - Règles pour les produits phytopharmaceutiques à usage professionnel en agriculture et en horticulture" réalisé par le Service public de Wallonie (SPW).

Le dépliant "Pour une meilleure protection de l'eau" synthétise les différentes législations en vigueur afin d’aider au mieux l’utilisateur professionnel ou amateur lors de l’utilisation d’un produit phytopharmaceutique à proximité d’une eau de surface.

Zones de prévention de captage

Pour protéger les ressources wallonnes en eau potable, des zones de prévention sont actuellement définies autour des captages d’eau destinée à la production d’eau de boisson et de distribution.

Ces zones de prévention sont établies :

  • Par le biais d’études de prospection géophysiques et d’essais de traçage permettant d’évaluer le temps de transfert d’une pollution par les eaux;
  • Sur base de distances forfaitaires dépendant de la nature du sous-sol.

C’est ainsi que l’on distingue 3 zones autour d’un captage :

  • La zone de prise d’eau (Zone I) : zone située à une distance de 10 mètres autour des limites extérieures des installations de surface nécessaires à la prise d’eau. Elle est la propriété du producteur d’eau, et seules les activités en rapport avec la production d’eau y sont autorisées;

    1) Pulvérisation : Non

    2) Stockage de produits phytopharmaceutiques : Non

    3) Remplissage et nettoyage du pulvérisateur : Non
     
  • La zone de prévention rapprochée (Zone IIa) : zone à l’intérieur de laquelle une pollution transportée par les eaux souterraines pourrait atteindre le captage en moins de 24 heures;

    1) Pulvérisation: Ok

    2) Stockage de produits phytopharmaceutiques : pas d’installation d’un nouveau local phyto mais un local phyto déjà existant avant la délimitation de la zone pourra être maintenu s’il est mis aux normes ;

    3) Remplissage et nettoyage du pulvérisateur : Ok si ceux-ci se font sur une surface imperméable avec récupération des fuites et des eaux chargées
     
  • La zone de prévention éloignée (Zone IIb) : : zone à l’intérieur de laquelle une pollution transportée par les eaux souterraines pourrait atteindre le captage en moins de 50 jours;

    1) Pulvérisation: Ok

    2) Stockage de produits phytopharmaceutiques : Ok attention : récipients étanches + surfaces imperméables + système de collecte;

    3) Remplissage et nettoyage du pulvérisateur : Ok s’ils se font sur une surface imperméable avec récupération des fuites et des eaux chargées.



 

 

Vous pouvez trouver plus d’information sur les risques de contamination des eaux superficielles et souterraines par les produits de protection des plantes ici.

La mise en place de bonnes pratiques phytosanitaires (consultables ici) vous permet de limiter autant que possible les risques de contamination des eaux.

Certains produits peuvent présenter un risque immédiat (ou différé) sur l’environnement et plus particulièrement sur les organismes du milieu aquatique (poissons, crustacés, algues, autres plantes aquatiques…) s’ils ne sont pas utilisés selon les prescriptions préconisées sur l’étiquette du produit. Leur étiquette comporte un pictogramme tel que :


N - Dangereux pour
l'environnement

Zones spécifiques

Déjà règlementé par le code forestier, l’application de PPP en forêt est interdit sauf certaines exceptions comme le traitement des arbres atteints par les scolytes ou la rouille du peuplier…

L’application de PPP sur les sites Natura 2000 est soumise à autorisation préalable.

De plus, lorsque votre parcelle jouxte une habitation, vous devez éviter autant que possible les dérives de brumes de pulvérisation en respectant notamment les bonnes pratiques (renvoyer vers le point « agriculteurs/bonnes pratiques ») d’application des PPP.