5. Bonnes pratiques après le traitement

1. Gestion du fond de cuve

La mauvaise gestion du fond de cuve est l'une des causes principales de pollution. En aucun cas, le fond de cuve ne peut être vidé sur une surface imperméable reliée à l'égout ou à un puits perdu.

S'il reste un fond de cuve, le diluer 5 à 10 fois avec de l’eau et l'épandre à grande vitesse sur la surface qui vient d'être traitée est la solution qui permet un moindre impact sur l’environnement. Cette opération permet de limiter fortement le risque ultérieur de bouchage des buses.

S'il reste un fond de cuve, le diluer 5 à 10 fois avec de l’eau et l'épandre à grande vitesse sur la surface qui vient d'être traitée est la solution qui permet un moindre impact sur l’environnement. Cette opération permet de limiter fortement le risque ultérieur de bouchage des buses.

Il est conseillé de rincer encore une ou deux fois l’appareil de retour au dépôt. Lors du rinçage, il faut également rincer correctement la pompe et les conduites allant jusqu'aux buses (tuyaux, filtres..).

Le rince-cuve consiste en un jet généralement tournant et disposé au centre de la cuve principale du pulvérisateur. Celui-ci permet un rinçage optimal de la cuve avec une quantité d'eau réduite. Il permet d'éviter que des traces de produits ne contaminent la bouillie suivante ou que des dépôts ne se forment et n'obstruent les filtres et les buses.

L'épuration biologique avec utilisation de bio-épurateurs (phytobac et biofiltre) est un nouveau concept de traitement des eaux de derniers rinçages.

Ces bio-épurateurs sont destinés à épurer les restes de produits de pulvérisation générés  en absorbant et dégradant les dernières traces de matières actives présentes dans les eaux des derniers rinçages, les eaux de lavage de la carrosserie du matériel de traitement et les éventuelles pertes lors du remplissage. Ils sont conçus pour complémenter la cuve de rinçage

Pour plus d’informations sur les systèmes d’épuration biologique, vous pouvez vous adresser auprès de l’asbl Phyteauwal :

PhytEauWal asbl
Rue du Bordia, 11
5030 Gembloux
Tél: 081/62 52 75
phyteauwal@cra.wallonie.be

2. Gestion des déchets

Brûler des emballages de produits phytopharmaceutiques dégage des fumées toxiques pour l'homme et l'environnement.

Enfouir ces emballages, les abandonner dans la nature, peut entraîner des risques de pollution des sols, des eaux de surface ou souterraines.

Un traitement adéquat des emballages vides de produits phytopharmaceutiques et des PPNU (Produit Phytopharmaceutique Non Utilisable) via les filières de recyclage organisées permet d’éviter la contamination des eaux de surfaces et souterraines par les substances actives utilisées pour la protection des plantes.

  • Emballages vides 

La récolte des emballages vides est organisée tous les ans. Il est demandé aux utilisateurs de rincer les emballages immédiatement après l'utilisation du produit et de stocker ces emballages. Les agriculteurs et horticulteurs acheminent ensuite (en fin de saison culturale) les emballages vides dans les sacs AgriRecover vers les sites de collecte. Les emballages récoltés sont ensuite transportés et traités.

  • PPNU

La législation interdit la détention de produits qui ne sont plus agréés. Il est donc primordial, pour éviter toute sanction lors d’un contrôle, de conserver ces produits séparément dans le local phyto en les identifiant clairement. Outre la récolte annuelle des emballages vides, la collecte bisannuelle de AgriRecover permet de se débarrasser des produits repris sous l’appellation PPNU c'est-à-dire : 

  • Les produits dont l’agréation a été retirée et le délai de commercialisation (pour les commerçants) ou d’utilisation (pour les utilisateurs) est dépassé ;
  • Les produits dont l'état physico-chimique est altéré (gel, précipitation, etc.) ;
  • Les produits pour lesquels il y a une incertitude (étiquette illisible, inexistante…) ;
  • Les produits techniquement dépassés ;