4. Bonnes pratiques pendant le traitement

Traiter dans de bonnes conditions optimalisera l'efficacité des traitements en limitant les risques d'intoxication de l'applicateur et de pollution de l'environnement

Quelles sont ces bonnes conditions de traitement ?

1. Conditions météorologiques

Plusieurs facteurs météorologiques influencent l’efficacité du produit. La combinaison de ces facteurs détermine le moment opportun pour la pulvérisation. Généralement, l’étiquette indique les conditions météorologiques optimales à l’utilisation du produit.

Il faut néanmoins toujours tenir compte des facteurs suivant :

Il est préférable d’effectuer le traitement lorsque la vitesse du vent est inférieure à 5 km/h (petites branches en mouvement et soulèvement de la poussière) afin de limiter le risque de dérive vers l’applicateur, les riverains et l’environnement.

Evitez les périodes de vents d'Est ou du Nord pour les herbicides: dans ces conditions de vent sec, la cuticule des adventices est moins perméable pour les herbicides.

L’hygrométrie doit être supérieure à 60% pour assurer une bonne efficacité du traitement. Durant les périodes chaudes de l’année, ces conditions ne sont rencontrées que le matin et le soir.

Par temps sec, les fines gouttes s'évaporent avant même de toucher la plante, les autres diminuent de volume, ce qui les rend plus sensibles à la dérive.

Il n'est pas conseillé de traiter sur une rosée forte (risque de lessivage). En revanche, une faible rosée facilite la pénétration du produit.

Une forte pluie après un traitement peut entraîner le produit par ruissellement vers des points d’eau à proximité (avaloir, égout…) et engendrer la contamination des eaux de surface et souterraines. De plus, cela peut diminuer fortement l’efficacité du traitement.

Pour éviter le lessivage des produits phytopharmaceutiques, il est important de ne jamais traiter sous la pluie ni en cas de pluie annoncée.

En général, l'absorption et la migration des produits dans la plante sont optimales lorsque la température est comprise entre 5°C et 20°C.

2. Un traitement ciblé

Pour éviter tout risque de phytotoxicité (altération passagère ou durable par un produit phytosanitaire des végétaux cultivés), on choisira le produit adapté à la plante et au type de sol.

Il est possible d'adapter la dose en fonction du sol : la durée d'action du produit sera meilleure sur les sols riches en argile et en matières organiques alors que les sols pauvres (sableux) augmenteront le risque de phytotoxicité mais se prêteront mieux à une réduction de doses.

Plus les adventices sont jeunes, plus elles seront sensibles aux produits. Connaître la biologie des organismes nuisibles, observer et surveiller leur évolution permettra de déterminer la date d'intervention en fonction du seuil de nuisibilité.

3. Un traitetement bien réalisé

Il faudra également veiller à la régularité de la pulvérisation. Le traitement sera plus uniforme en maintenant une vitesse constante et raisonnable. Autant que possible, veillez à pulvériser toute la préparation le jour même.